Le pianiste Peter Hum lance Ordinary Heroes au Upstairs le 7 mars

Le pianiste d’Ottawa Peter Hum est au Upstairs avec son sextet pour lancer son nouvel album, Ordinary Heroes. Il nous présentera 10 compositions  originales inspirées de ses préoccupations sociales et politiques pour mettre en lumière et peut-être même mobiliser les héros (Ordinary Heroes) de notre quotidien.

Ordinary Heroes de Peter Hum


Ordinary Heroes c’est un album qu’il a crée avec certains des meilleurs musiciens canadiens de jazz, qui sont également des amis de longue date, ce qui donne un jazz riche en interactions et en personnalité. Ça lève sur les pièces Crises and Reckonings et Rabble Rouser, Cassandra et Fake News Blues respirent un swing irrésistible, tandis que Spare Hearts, Tears for the Innocent et Ordinary Heroes illustrent bien ce son unique de la musique de Peter Hum.

Claude Thibault – Sur Ordinary Heroes ton inspiration ce sont les enjeux sociaux et politiques de notre société…comment ça influence  ta musique ?


Peter Hum – Dans le passé mes compositions étaient dédiés à mes amis et ma famille. Ou bien c’était pour illustrer des concepts musicaux d’harmonie, ou mélodiques, ou de rythme. Mais sur cet album je mets de l’avant mes préoccupations sociales et politiques, et qui ne sont pas juste les miennes mais celles de beaucoup de monde. Souvent je donne le titre des pièces pendant l’écriture, et des fois le titre viens en premier, et c’est ça qui donne le ton à la musique.

Claude Thibault – Comme le pianiste Danilo Pérez et la batteure Terri Lynn Carrington tu crois que le musique peut créer du changement.


Peter Hum – Je suis en bonne compagnie! Ce sont des musiciens fantastiques et moi, je ne suis que moi. Mais avec cet album je tente de faire de la musique pour le monde, pas juste pour la musique elle-même.

Claude Thibault – Tu est autodidacte ce qui en jazz est assez rare aujourd’hui, c’est impressionnant et j’imagine que sur la plan de l’écriture ton approche est plutôt intuitive…


Peter Hum – Bonne question! Probablement. J’étudie par moi-même depuis une quarantaine d’années, peut-être avec quelques lacunes mais j’en sais quand même un peu, peut-être même autant qu’un musicien qui a étudié de façon conventionnelle. En plus j’ai un autre travail dans le vie (journaliste au Ottawa Citizen). A un moment donné je me suis donné la permission de jouer avec des musiciens qui ont une meilleure éducation musicale que moi et qui savent mieux jouer que moi. Mais même ces musiciens savent que toutes les études en jazz qu’on peut faire c’est pour arriver au moment ou l’intuition et le créativité – l’écoute – se manifestent en jouant ensemble. Dans mon cas, je joue avec des musiciens très professionnels qui sont aussi de très bon amis.

Claude Thibault – Ton premier contact avec le jazz t’a beaucoup marqué…c’est qui et quand ?


Peter Hum – Chick Corea, Keith Jarrett, Weather Report, Herbie Hancock, Pat Metheny, tous à la fin des années 70.

Claude Thibault – Et toi, qui sont tes Ordinary Heroes ?


Peter Hum – Voyons voir. Ceux qui répondent au lignes téléphoniques de crise. Ceux qui sont bénévoles aux soins palliatifs. Ceux qui hébergent les immigrants, les réfugiés, les victimes d’abus et ceux en besoin. Ceux qui participent au manifestations pour des causes progressives. Ceux qui utilisent les médias sociaux pour sensibiliser et non pour attaquer.

Claude Thibault – Le jazz et la musique dans la région d’Ottawa ça va bien ?


Peter Hum – La scène musicale d’Ottawa est sous-estimée. Le hype et la promo fonctionnent mieux pour les musiciens et groupes àToronto et à Montréal. En jazz il y a des grosses pointures locales comme Roddy Ellias, John Geggie, Mark Ferguson, Steve Boudreau et beaucoup de nouveaux joueurs. Beaucoup s’investissent pour devenir de meilleurs musiciens de jazz. Il pourrait y avoir plus de programmes de formation dans les institutions post-secondaires et plus de lieux de jazz, mais il y une communauté jazz ici qui est,il faut le dire, très sympa et très accueillante.

Claude Thibault – En terminant qu’est-ce que t’aimerais dire de plus sur Ordinary Heroes et le 7 mars au Upstairs ?


Peter Hum – J’y serai avec Kenji Omae, Dave Smith, Sam Kirmayer, Alec Walkington et Ted Warren — Je suis privilégié de pouvoir partager la scène avec ces personnes et musiciens exceptionnels — afin de vous jouer cette musique vibrante, qui lève et qui spontanée, avec beaucoup de coeur et des intentions progressives.

peterhum.com

Peter Hum Sextet – lancement Ordinary Heroes

l’évément facebook

Peter Hum, piano/compositions
Kenji Omae, sax tenor
Dave Smith, trompette
Sam Kirmayer, guitare
Alec Walkington, basse
Ted Warren, batterie

samedi 7 mars 20h

Upstairs
1254 Mackay (Montréal)
514-931-6808


Claude Thibault, éditeur – contacter / Facebook

C’est pour soigner son blues post-FIJM 2002 (après toute cette extravagance musicale le quotidien en prenait un coup!) que Claude lançait le 1e janvier 2003 la toute première version de sortiesJAZZnights.com. 16 ans et quelques versions plus tard l’aventure et la mission de faire connaître le jazz d’ici se poursuit!

 

Laisser un commentaire

X